. ▷ Présentation d'affaires en MLM : comment multiplier par 3 vos chances

Comment réussir vos présentations d’affaires MLM

Vous venez de vous inscrire dans un MLM.

Parce qu’on vous a vanté les mérites de créer une équipe, vous contactez des amis, des connaissances, des collègues, des potes, peu importe. Parmi eux, certains acceptent de recevoir une information sur votre opportunité. Autant contracté que guilleret, vous la leur délivrez.

C’est là que ça devient intéressant. Soit vous avez les nerfs en boule parce qu’on vous a vertement jeté : « C’est quoi ton truc pyramidal ? ». Soit vous ne savez pas sur quel pied danser, car la personne de vos relations a bien reçu votre vidéo, mais reste sans réponse.

Au comble de l’ironie, celui-là même qui vous a parrainé est aux abonnés absents.

Et puis les mois passent.

De temps en temps, vous faites quelques ventes, mais sans plus.

En réunion la réussite de certains vous asticotent. Pas question de se laisser réduire au désespoir, vous persistez à créer des contacts. « N’abandonne jamais » vous a-t-on dit.

Mi-figue, mi-raisin, vous parlez de votre opportunité d’affaires. C’est bien là le problème. Présenter les choses de façon plaisante avec une assurance qui respire le contraire, ça plombe l’ambiance. Ce que tu ne dis pas parle plus que ce que tu dis.

Ce que tu ne dis pas parle plus que ce que tu dis.

Parfois, vos présentations d’affaires se déroulent bien. Entre vous et votre contact, le courant passe. Enfin, tout est possible…

En effet, il ne donne pas suite ! Vous vous interrogez alors sur ce qui a bien pu clocher.

Je vais vous révéler quelques clefs qui j’espère vous aideront à débloquer la situation.

Présentation d’affaires : avec ou sans structure ?

Réussir ses présentations d’affaires exclut l’improvisation. Le meilleur conseil est de suivre une trame que je vous propose dans cet article.

Avoir de la structure procure de la confiance en soi. S’appuyer en effet sur un canevas efface les ratés de l’improvisation. Mais que signifie travailler avec une structure ?

Que veut dire travailler avec une structure ?

J’ai coaché durant des années des artistes dans toutes les disciplines. Les plus doués à vivre de leur art présentent un aspect qui les caractérise. Plus ils maitrisent la technique, plus ils s’en sortent. Contrairement à une idée reçue, la technique libère la créativité et ne l’inhibe pas. Chez un musicien, le solfège canalise le talent. Ce phénomène est transposable dans tous les métiers.

Et dans la plupart des situations professionnelles abouties, on peut deviner l’ossature intime qui en permet la manifestation.

Cette approche structurale, au sens du sémioticien Greimas, met au clair notamment la puissance du storytelling : une façon structurée de raconter une histoire à des publics-cibles.

La narration a des vertus hypnotiques qui attirent l’attention. Tous les publicitaires télévisuels en usent et abusent.

Dans notre métier, on en tire une leçon captivante: raconter son histoire personnelle. Celle qui vous a conduit à votre actuelle opportunité d’affaires met du piquant et de la légitimité à ce que vous en parliez. 

CONSEIL

PRATIQUE

Il est donc utile d’apprendre à se raconter. Pour ce faire, une structure idéale est celle qu’Apple utilisa pour se faire connaître. Et qui est généralisable à des entretiens individuels.

C’est un certain Simon Sinek qui en parle savamment. Il s’agit d’exposer pourquoi vous êtes dans ce business, comment vous le développez et qu’est-ce que vous vendez en définitive. Et dans cet ordre.
Le pourquoi révèle des valeurs et des émotions, le comment des moyens de mise en oeuvre et le quoi désigne les produits.

 

J’aide toutes les personnes que j’accompagne à maîtriser cette structure. Cela les aide en particulier à répondre à cette embarrassante question : « Et toi, tu fais quoi dans la vie ? »

 

Par conséquent, soyez professionnel.

 

A moins d’avoir du génie, se rendre à une présentation d’affaires, les mains dans les poches, un brin d’herbe à la bouche et la fleur au fusil, vous fera prendre un bide.

 

L’idée est donc d’utiliser des structures et de les mettre à l’épreuve. Jusqu’à vous caler sur celle qui vous correspond en confort et en efficacité.


Peu importe votre opportunité business, voici une grille de critères d’efficacité, une opportunité d’ailleurs de vous auto-évaluer.

 

Comment peaufiner vos présentations d’affaires MLM.

 

Les distributeurs en marketing de réseau et dans leur immense majorité misent tout sur leur produit, ou sur leur concept business. Ils font l’hypothèse que le produit ou le service parle de lui-même ou que le seul fait d’en parler suffit à déclencher l’adhésion. Du coup, ils improvisent leurs présentations. Erreur fatale, car cela fait brouillon.

 

Ne perdez pas de vue que le critère N°1, c’est vous.

 

Votre personnalité et l’envie que vous suscitez qu’on vous suive donnent le ton. Un autre critère non moins remarquable, à valider avant de dérouler une présentation business, porte sur le profil de votre contact. Est-il concerné par ce que vous allez lui montrer ?

 

Plutôt que de parler business au tout venant, y compris à votre arrière-grand mère, peut-être serait-il plus subtil de sélectionner vos contacts. Dans ce cas, les déconvenues, les rejets, les ratages seraient moins nombreux.

 

Le minutage de vos présentations.

 

Tout dépend de l’état d’avancement du projet de vous écouter, chez votre contact. Car c’est un projet de placer sur son agenda des moments à passer avec un quidam qui vous parle d’un business.

 

Au tout début, il est bienvenu de faire dans la concision. 15 minutes peuvent suffire. Dans ce cas, vous n’êtes pas en présentation d’affaires. Il s’agit de faire connaissance et de valider que votre contact est apte à écouter la suite. Cela s’appelle préqualifier ses prospects.

Préqualifier vos 'prospects business' est le moyen d'éviter 80 % des rejets.

À RETENIR

ABSOLUMENT

Les présentations d’affaires autour d’une boisson.

 

Si vous associez à vos présentations d’affaires une chronologie de déroulement, vous partez sur de bonnes bases. En tout et pour tout, votre entretien business ne doit pas excéder une heure.


 

Il faut cependant distinguer l’entretien de la présentation.

 

L’exposé des produits et de la rémunération est la présentation d’affaires. Or la présentation elle-même prendra de dix à trente minutes maxi, idéalement 15 minutes.


 

Il est décisif de consacrer du temps aux questions-réponses. La présentation d’affaires est d’autant plus aboutie qu’elle suit aussi un moment de qualification (15 minutes). Vous devez en effet savoir à qui vous avez à faire.


Soyez crédible.

Tout se joue dans les premières minutes de l’entretien. Voici trois recommandations qui vous sauveront la mise :

  • Soignez votre style vestimentaire. Ne faites pas comme si les gens devaient vous accepter tel que vous êtes (On est pas chez McDO, LOL). Tous les entretiens professionnels obéissent à des codes vestimentaires, surtout quand ce sont des inconnus qui se rencontrent. Souvenez-vous de comment vous vous habillez pour un entretien de recrutement.
  • Respectez les règles de savoir-vivre. Je ne compte plus le nombre impressionnant de gens que j’ai reçus en entretien professionnel et qui n’ont pas une once de savoir-vivre. Je me dis qu’un jour j’écrirai un article là-dessus, plein d’anecdotes croustillantes.
  • Travaillez avec des accessoires business qui inspirent sinon la réussite, au moins l’absence de difficultés financières. Pas d’agenda explosé ou déchiré, aucun stylo qui bave comme s’il avait la rage, évitez les feuilles blanches jaunies par le temps, abstenez-vous de sortir votre ordinateur visiblement délabré. Bref, cessez de dire à quelqu’un qu’il va gagner de l’argent, quand il semblerait que ce ne soit pas votre cas. Soit vous soignez les détails, soit vous faites appel à votre up-line.

Les présentations d’affaires en téléconférence.

 

Vous devez connaître zoom, ce logiciel gratuit qui permet des entrevues individuelles entre vous et votre contact. L’immense intérêt est d’économiser du temps de déplacement. Mais pas que…


Grâce au partage d’écran, vous commentez des slides, tel ou tel site web, et surtout votre back office. Ces échanges virtuels répondent aux mêmes exigences de qualité visuelles qu’un entretien en ville. Selon mon expérience, plus la catégorie socio-professionnelle est élevée, plus la forme l’emporte sur le fond.

 

Dit autrement, un PDG sera embarrassé par des slides pourris, tandis qu’une caissière de supermarché s’attachera au contenu.

 

Pour autant, la caissière de supermarché ne mérite pas des exposés peu soignés. Soyez fier des documents que vous communiquez. Cela peut jouer sur la confiance en soi. La vôtre, s’entend. Et puis, à propos de cette hôtesse de caisse, vous ignorez son histoire. Peut-être a-t-elle été chef d’entreprise.

 

Les présentations d’affaires via une ou plusieurs videos.


Cette approche a ma préférence. Car elle vous économise du temps et de l’énergie.

 

Travailler avec des vidéos est plus duplicable que d’astreindre vos filleuls à des présentations de visu. Ce qui ne les dispense pas non plus d’avoir des entretiens de vive voix.

 

Reste à savoir avec quelles vidéos être à l’oeuvre. Cela mériterait un article complet et à part. On ne s’étendra pas là-dessus. Retenez simplement quelques principes de base.

  • Une vidéo ne doit jamais tout dire
. Une vidéo a trois objectifs, et donc prévoir au moins trois vidéos : sensibilisation, présentation, spécialisation. Une première vidéo sensibilisera vos contacts à la thématique générale de votre projet, en faisant ressortir des chiffres, quelques faits et des références indiscutables (durée 10 minutes). Une seconde vidéo présentera le projet en détail (durée 15 minutes). Quant aux vidéos de spécialisation, elles développent un sujet précis et un seul : plan de rémunération, politique de produit, etc.
  • Bannir les vidéos de 2 ou 3 minutes. Elles sont perçues comme un message publicitaire (donc peu objectif) et favorise les spams. 
  • Si possible, prévoir une vidéo de sensibilisation dédiée aux marketeurs de réseau. Une erreur que je trouve magistrale est de réaliser une vidéo qui ne parle qu’aux seuls marketeurs de réseau et que l’on montre à tout le monde. 

A propos des images d’Epinal, des préjugés et de la bêtise humaine.

 

Quand on parle opportunité business avec une personne, le risque est d’envoyer un message subliminal du type «Le job consiste à faire des réunions tupperware ».


Or 90 % des gens ne se projettent pas dans cette vision-là. Et ils occultent tout l’intérêt de votre projet.


Pour dépasser cet écueil, il faut passer rapidement sur les produits ou le service. Concentrez-vous plutôt sur le potentiel financier, sans exagération.

 

Je sais que beaucoup de distributeurs commencent par le produit pour ensuite présenter le plan de rémunération. Cela semble logique, et ça l’est. Mais on travaille avec les a priori des gens aussi. Et là, la logique n’a plus cours.


Pour gommer les a priori, un angle intéressant est de mettre l’accent sur les réseaux sociaux. À condition bien entendu que vous les utilisiez pour trouver des prospects.


Un puissant préjugé est la comparaison du MLM avec un système pyramidal. Parfois, dans les présentations, le discours trahi des détails qui laisse à penser que…


Voilà pourquoi il est judicieux d’avoir à votre disposition deux types de présentation d’affaires. Le premier concernera les gens qui connaissent le métier. Le second s’adressera à ceux qui en sont éloignés.

 

Autres ficelles pour muscler vos présentations d’affaires.

Ces quelques conseils seraient presque des garanties d’un bon déroulement de vos présentations d’affaires MLM :

  • Parler de vous le plus souvent possible durant l’entretien, de vous en situation d’exercice du job.
  • Montrer des bulletins de précompte ou des relevés de commissions.
  • Maîtriser le plan de rémunération afin de pouvoir proposer un plan d’action personnalisé et adapté à votre contact.
  • Entre la stratégie de produit et la stratégie business, exercez-vous à la seconde. Testez-la sur une bonne dizaine d’entretiens d’affaires, puis dresser un bilan.
  • Construisez une présentation de 7 minutes, à développer avec un crayon sur un papier, sur une table après un café. C’est essentiel d’attaquer cet exercice, car bien conduit, c’est redoutable d’efficacité.

Le contenu.

  • Fuyez l’improvisation, on l'a dit. Apprenez par coeur, slide après slide, les phrases qui font mouche, et un vocabulaire business. C’est simple, il suffit d’écouter votre up-line réaliser des présentations publiques, et pas qu’une ou deux fois, mais tout le temps.
  • Parce que le discours a une importance capitale, ouvrez un cahier (ou un fichier sur ordinateur) qui recense des formules phraséologiques ou si vous préférez des phrases-clefs.

Conclusion.

 

Il y a un tronc commun entre une présentation d’affaires MLM et un quelconque projet professionnel, que nous n’avons pas la place d’expliquer dans cet article. Nous en reparlerons. Quoiqu’il en soit, donnez-vous une trame et testez-là, c’est-à-dire tenez-vous y. Ne faites pas la girouette en changeant de structure ou de plan, à chaque nouvelle présentation d’affaires. Voyez ce métier comme un terrain d’expérimentation quasi scientifique, car vous tirez des leçons statistiques à chaque fois. 

 

Un dernier point, ô combien important : plus vous serez à l’aise à collecter des prospects en grand nombre, plus vos présentations traduirons votre confiance en vous. La réussite attire la réussite. Voilà pourquoi j’ai mis en ligne cette ressource. Bonne découverte !

Rendez service, partagez ce contenu
JeanPhi de Parrainage Magnetique
 

20 ans de pratiques dans l'enseignement supérieur, la formation d'adultes et le coaching. 10 années d'expériences en marketing relationnel et 5 ans de web marketing. Et toujours dans le marketing de réseau...

>