. Recruter comme un manche : ces erreurs qui tuent le business – ⎢MLM: MANQUER DE PROSPECTS, PLUS JAMAIS !

Recruter comme un manche : ces erreurs qui tuent le business

Recruter n’est pas une science exacte mais…

Nous sommes nombreux à chercher les clefs de la réussite en marketing de réseau. Les formations abondent. Les blogs MLM se multiplient. Les conseils foisonnent. Les donneurs de leçons aussi.

Et si nous prenions le problème à l’envers en commençant par ce qu’il ne faut jamais faire, contraire au succès et… total mortel.

La forte mortalité en effet des micro-entreprises de réseau en témoignent.

 Cet article va vous permettre de toucher du doigt ce à quoi il faut faire attention. Il y a des pièges bénins et des erreurs fatales.

 Et vous allez découvrir 3 erreurs préjudiciables.

Attention aux pièges invisibles lors d’une présentation d’affaires.

Peut-être que sans le savoir, vous les accumulez. Un mot malheureux, un geste maladroit, un détail vestimentaire invisible, un accessoire limite, un rendez-vous dans un mauvais endroit, une mimique qui trahit de l’arrogance, un associé mal accoutré, une présentation de Pieds-nickelés, tout concourt à peser dans la décision finale de vos interlocuteurs. On ne les compte plus, ces trucs qui tuent votre business.

J’en ai dénombré plus d’une centaine. A force d’exposer des présentations d’affaires ou de voir les autres les faire…

Comme on dit, le diable se cache dans les détails, et le hasard est l’hypothèse des pauvres.

Accordez autant d’importance aux détails qu’un entomologiste en fournit au travers de sa loupe. Ne riez pas, je suis sérieux. Souvent, c’est sur des détails « à la con » que les gens rejettent une proposition.

Recruter, c’est présenter son projet professionnel. 

On pourrait m’objecter que j’exagère, que j’en fais trop ou que bien des gens ne se prennent pas la tête et encaissent tout de même des revenus du MLM.

C’est dit et redit dans notre profession. Les gens n’adhèrent pas à un système, les gens adhèrent à des gens. Une proposition d’affaires est indissociable de celui qui la présente. C’est un tout.

Quant à ceux qui vivent de ce métier et pourtant accumulent les bévues, ils ont dans leur jeu un actif, au sens comptable du terme. Entendez un énorme carnet d’adresses. De l’argent. Ou bien des succès professionnels avérés. Un domicile magnifique où ils reçoivent en entretien des prospects (Ça joue). Ou bien ils montrent des preuves de leur succès en MLM.

 3 erreurs fatales à éviter.

 Une des bourdes colossales chez pas moins de 90 % des débutants est de parler business sous la supervision de personne.

C’est une erreur courante notamment chez les commerciaux que je ne cherche plus à parrainer aujourd’hui, je l’avoue. Le marketing de réseau est un métier où il faut mettre son cerveau au frigo, au début. A défaut, les conséquences seront absolument catastrophiques : relationnel « grillé », opportunités de signatures détruites, hostilité de l’entourage et démotivation à la clef.

La solution consiste :
 à ne rien faire, rien de rien, sans l’aide et le regard de votre sponsor, pendant au moins un mois,
à accepter et accueillir un peu de directivité durant 3 mois,
et surtout à suivre des formations pendant au moins douze mois. Et ce, quelque soit votre parcours professionnel.

Si vous ignorez ces recommandations, la probabilité de cessation de votre activité est proche de 80 % dans les six premiers mois et de 100 % dans l’année.

 Deuxième erreur fatale, faire du guignoling de réseau et non du marketing de réseau.

Je vais encore me faire des ennemis, mais tant pis ! Je suis désolé de le dire, pardon mille fois, mais il y a vraiment beaucoup de guignols dans notre métier. En même temps, je ne leur en veux pas. Ils n’ont pas été parrainés, mais enrôlés. Quel vilain mot, n’est-ce pas ? Mais celui-ci dit tout.

Bref le guignoling de réseau consiste à mépriser inconsciemment son business : ne pas le prendre au sérieux, le considérer comme un passe-temps, s’en occuper quand on y pense et vouloir gagner 2000 euros par mois, ou tout simplement méconnaître les réalités entrepreneuriales.

Il faut donc renforcer la prise de conscience de ce dans quoi on s’engage : la création de son propre emploi dans une activité indépendante.

 Enfin, cette erreur de perception. Miser sur les gens comme on mise sur un cheval.

Ne faites pas des plans sur la comète à propos des personnes de vos relations qui n’ont toujours pas signé votre proposition. Vous l’enregistrez, c’est très bien, sinon, au suivant !

Certains polarisent tellement sur une de leurs connaissances que si par cas ils essuient un refus, vous les voyez disparaître. ils ne répondent plus au téléphone. Ne répondent pas à vos emails. Ils ont abandonné.

Une clef est donc d’avoir une vision statistique du travail :
☛ déterminez le taux de transformation moyen dans votre activité et comparez-le à vos résultats pour apporter le cas échéant des corrections (vous constatez là l’importance du sponsor),
☛ établissez un prévisionnel de présentations d’affaires que vous allez pouvoir conduire avec votre sponsor et déduisez-en naturellement le nombre statistique probable de signatures,
☛ sur internet, c’est pareil, les statistiques sont reines. il sera décisif de tout mesurer. De cela, on en reparlera.

Vous voyez à quel point, le marketing de réseau est un métier. Et c’est tant mieux. Et pour contrecarrer nos inévitables maladresses (je n’en commets pas moins que d’autres), peut-être cela vous aidera-t-il de connaître votre style social en cliquant ici.

Prenez soin de qui vous êtes

JeanPhi

Rendez service, partagez ce contenu
JeanPhilippe
 

20 ans de pratiques dans l'enseignement supérieur, la formation d'adultes et le coaching. 10 années d'expériences en marketing relationnel et 5 ans de web marketing. Et toujours dans le marketing de réseau...

>